MENU

17:58
Martyrs ou espions ?

 

[English] [Русский] [FR]

 

Konstantin Asmolov, candidat en histoire, chercheur scientifique principal au Centre d’études coréennes de l’Institut de la Chine et de l’Asie actuelle de l’Académie russe des sciences, spécialement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

Le 2 novembre 2023, le ministère de l’unification a annoncé qu’il avait décidé de reconnaître les membres des familles des ressortissants sud-coréens emprisonnés pendant de longues périodes en Corée du Nord comme des victimes d’enlèvement par Pyongyang. Les indemnités, d’un montant de 15 à 20 millions de wons (11 000 à 15 000 dollars) par famille, seront accordées à quatre membres de la famille vivant en République de Corée. « Pour traiter de manière substantielle la question des détenus, des personnes enlevées et des prisonniers de guerre (en Corée du Nord), le gouvernement coopérera avec des groupes de citoyens pour continuer à attirer l’attention dans le pays et à l’étranger, et se coordonnera étroitement avec la communauté internationale », a déclaré le ministère.

Cette mesure intervient trois mois après que des associations civiles travaillant à la résolution du problème ont demandé au ministre Kim Yong-ho, en août, d’accorder à ces membres de la famille le statut prévu par la loi sud-coréenne sur l’aide aux victimes d’enlèvements perpétrés par la RPDC.

Il est rappelé au public que six Sud-coréens sont actuellement détenus au Nord, dont les missionnaires Kim Jung-wook, Kim Guk-gi et Choe Chun-gil. Kim Jung-wook a été arrêté à Pyongyang en 2013, puis condamné à la prison à vie pour espionnage au profit des services de renseignement sud-coréens. Kim Guk-gi et Choe Chun-gil ont été arrêtés en 2014 et, en 2016, les autorités nord-coréennes ont arrêté trois anciens réfugiés qui avaient obtenu la nationalité sud-coréenne.

Comme l’ont noté les médias de la République de Corée, « le sort des détenus reste inconnu car la Corée du Nord n’a fourni aucune information sur leur bien-être », mais des demandes de retour ont été formulées en continu. Le 8 octobre 2023, Séoul a de nouveau exigé que Pyongyang renvoie Kim Jung-wook et cinq autres citoyens dans leur pays d’origine, condamnant leurs années de détention comme « illégales et inhumaines ». Selon le porte-parole du ministère, Koo Byoung-sam, le gouvernement va travailler en étroite collaboration avec la communauté religieuse et les groupes civils pour découvrir où se trouvent les détenus et demander leur rapatriement, ainsi que pour coopérer avec la communauté internationale afin d’aider à résoudre ce problème. Le ministère a également créé une task force chargée de traiter la question des détenus sud-coréens, des personnes enlevées et des prisonniers de guerre en Corée du Nord.

La décennie qui s’est écoulée depuis la détention de Kim Jung-wook a été marquée par une série d’articles dans des médias conservateurs contenant des passages tels que « La Corée du Nord est un pays impitoyable pour les missionnaires chrétiens depuis des décennies. Mais pour les croyants sud-coréens, cela était encore plus important ». Depuis le début des années 2010, plusieurs pasteurs des États-Unis, du Canada et de l’Australie ont été condamnés pour espionnage et autres crimes contre l’État en Corée du Nord, mais à la différence des ressortissants de la République de Corée, tous ont finalement été libérés à la suite de négociations diplomatiques.  Selon Lee Gyu-chang, analyste principal à l’Institut coréen pour l’unification nationale, les Sud-Coréens sont probablement aussi torturés, tandis que les autorités (en particulier Moon, mais Jung a aussi mauvaise réputation) ne font pas assez pour les libérer. Hee-Seok Shin, analyste juridique auprès de l’ONG Transitional Justice Working Group, basée à Séoul, note qu’« au cours des deux dernières décennies, le gouvernement japonais a constamment soulevé la question des enlèvements de ses citoyens par la Corée du Nord à l’Assemblée générale des Nations unies, alors que le gouvernement sud-coréen ne l’a pas fait… Quel message son inertie et son silence enverraient-ils à la Corée du Nord en ce qui concerne les détenus ? »

Que se passe-t-il véritablement ?

Commençons par Kim Jung-wook. D’après la version sud-coréenne, « cinq ans avant son arrestation, il était en mission humanitaire à Dandong, une ville frontalière de Chine, où il fournissait de la nourriture et d’autres produits de première nécessité aux visiteurs, réfugiés et fugitifs nord-coréens… Les missionnaires et activistes chrétiens offrent de la nourriture et d’autres formes de secours aux résidents nord-coréens près de la frontière, mettant ainsi leur propre vie en danger. La constitution nord-coréenne protège la liberté conditionnelle de religion. Mais cela n’est pas réellement respecté car le régime considère l’activité religieuse comme une tentative de saboter son pouvoir ».

Le 7 novembre 2013, les autorités de la RPDC ont signalé l’arrestation d’un agent d’espionnage sud-coréen qui serait venu dans le pays « dans le but de déstabiliser la société ». Le détenu était membre du service national de renseignement de la République de Corée et menait des activités d’espionnage dans les pays voisins depuis six ans, en se faisant passer pour un prêcheur religieux, a rapporté l’Agence centrale de presse coréenne (KCNA). La détention a été effectivement confirmée par les ecclésiastiques eux-mêmes, qui ont seulement précisé que Kim Jung-wook, âgé de 50 ans, n’était pas un espion, mais « un missionnaire de l’Église presbytérienne, engagé dans l’assistance aux résidents de la RPDC qui sont arrêtés et connaissent des problèmes ».

Le 27 février 2014, Kim Jung-wook a demandé aux dirigeants de la RPDC de le gracier et s’est entretenu avec des journalistes, notamment étrangers. Kim a raconté de nombreuses choses, mais la principale est qu’il était en fait un agent des services de renseignement de la République de Corée qui avait franchi illégalement la frontière entre la RPC et la RPDC sur un bateau de contrebande le 7 octobre 2013 et qui avait été arrêté lors d’un contrôle de ses documents lorsqu’il était arrivé à Pyongyang. Le missionnaire a déclaré qu’il avait agi sur ordre des services de renseignement sud-coréens. Il a également avoué avoir appelé les habitants à démolir les monuments de la dynastie des Kim et à construire des églises chrétiennes à leur place. De plus, ses activités faisaient partie du plan des services de renseignement, et d’autres missionnaires de ce type travaillent dans les zones frontalières de la Chine avec la RPDC. Kim pensait que le système étatique du Nord pouvait s’effondrer grâce à la propagande religieuse, et son objectif était de faire tomber le gouvernement et le système politique existants et de construire un « pays chrétien » dans le Nord. Il a expliqué à ses fidèles que si 500 congrégations secrètes se créaient dans tout le pays, le régime tomberait et un pays béni par Dieu naîtrait à sa place.

À cette fin, il a utilisé l’argent fourni par les services de renseignement pour recruter des sympathisants et créer une église clandestine à Dandong, où il a non seulement travaillé avec des citoyens de la RPDC, mais a également reçu de leur part des informations confidentielles qu’il a ensuite communiquées aux services de renseignement. Il leur a également demandé d’écrire leurs histoires, qui ont été utilisées ensuite comme témoignages. Pendant le culte, il a insulté le système politique de la RPDC et a demandé aux fidèles de participer à des prières contre la Corée du Nord ou d’écrire des articles la présentant sous un jour sombre.

Il a également demandé à la congrégation de participer à des « messes dissidentes » lorsque des visiteurs sud-coréens ou américains se présentaient en ville. Il s’agit là d’un élément très important concernant la manière dont les informations sur la RPDC sont recueillies. Dans ce cas, un groupe de citoyens influencés et soumis à des pressions psychologiques de la part du prêtre ou payés par celui-ci, se sont engagés à incarner les dissidents nord-coréens sur son ordre et à fournir aux médias sud-coréens et occidentaux des histoires tendancieuses.

Kim a déclaré avoir loué une maison qui servait non seulement d’église clandestine, mais aussi de lieu où les citoyens de la RPDC pouvaient regarder plus de 100 chaînes de télévision sud-coréennes par câble, y compris des chaînes pornographiques. Il y avait également une bibliothèque de littérature anti-nord-coréenne, en particulier des revues religieuses contenant des récits de dissidents sur les horreurs commises dans le Nord. Le troupeau de fidèles était obligé de le lire et de discuter publiquement de ce qu’il avait lu. Kim a décrit les techniques de contrôle mutuel et de lavage de cerveau auxquelles ses protégés étaient soumis, qui ne sont pas très différentes de celles des sectes ravageuses.

Kim a expliqué en détail comment il avait franchi la frontière et à quoi servaient ses bagages, qui contenaient des bibles, des cartes mémoire, des centaines de lecteurs MP3, du matériel médical, des mini-caméras vidéo et des disques compacts de pornographie. Les cartes mémoire contenaient de la littérature religieuse, des films sur le rôle de l’église chrétienne dans le renversement du communisme en Europe de l’Est et des séries télévisées sud-coréennes dans la tradition des « drames anticommunistes ». Des caméras ont été utilisées pour photographier des zones fermées de Pyongyang et filmer des « actions de résistance chrétienne », tandis que la pornographie a été utilisée pour récompenser des membres particulièrement actifs ou pour vendre les disques sur le marché noir afin de gagner de l’argent ou pour les dupliquer gratuitement afin d’attirer de nouveaux membres dans la secte. Il semblerait que la pratique consistant à inviter des personnes à regarder du porno et à se retrouver à une manifestation contre la Corée du Nord ait connu un tel succès en Chine que les autorités ont décidé de répéter l’opération en RPDC.

Kim a également été impliqué dans un trafic d’êtres humains déguisé en transport de réfugiés du Nord vers le Sud via des pays tiers, dont le Laos. En octobre 2008, par exemple, il a aidé quatre transfuges du Nord à s’installer dans un pays tiers contre rémunération. Malheureusement, le sort de ces personnes n’est pas connu, mais s’il s’agissait de réfugiés, il pourrait honnêtement parler de leur sort, même sans citer de noms. Il a également fait passer des citoyens de la RPC par des pays tiers vers la Corée du Sud, en les faisant passer pour des réfugiés nord-coréens, moyennant finances.

Bien sûr, on ne peut pas faire totalement confiance à cette déclaration, qui a été faite dans le style de la repentance publique, mais il y avait trop de preuves physiques présentées, et ce n’est pas une coïncidence si le nom de Kim Jung-wook ne figure pas sur les listes occidentales de prisonniers de conscience.

Les deux autres pasteurs sont également des personnages peu fréquentables. Le 26 mars 2015, une conférence de presse a été organisée au palais de la culture du peuple à Pyongyang avec des représentants des médias locaux et étrangers ainsi que du corps diplomatique. À cette occasion, des représentants du ministère de la sécurité de l’État de la RPDC ont signalé la détention de deux agents de renseignement sud-coréens, Kim Guk-gi, 60 ans, et Choe Chun-gil, 56 ans, qui avaient recueilli diverses informations par l’intermédiaire de Coréens vivant en Chine, d’hommes d’affaires visitant le Nord et de Chinois d’outre-mer. Les détenus eux-mêmes ont déclaré avoir été recrutés par les services de renseignement sud-coréens en Chine, avoir recueilli des données et « participé activement à la campagne de dénigrement des impérialistes américains et de leurs marionnettes visant à isoler la RPDC du monde entier ».

Choe Chun-gil est entré illégalement sur le territoire du Nord le 30 décembre 2014, mais a été arrêté par les gardes-frontières. Selon une première version, Kim Guk-gi a été arrêté alors qu’il agissait sur le territoire de la RPDC, selon une autre, l’arrestation a été effectuée à Dandong par les autorités compétentes de la RPC, après quoi l’espion présumé a été remis à la Corée du Nord.

 

Quoi qu’il en soit, en 2003, Kim Guk-gi a dirigé une église clandestine à Dandong où il a prêché à des citoyens de la RPC d’origine coréenne. En 2005, il a été recruté par les services de renseignement du Kazakhstan et, dès l’année suivante, il est devenu un espion professionnel travaillant contre rémunération.

Il a réussi à créer un réseau d’espionnage composé de citoyens de la RPC et de la RPDC (incluant des chinois vivant dans le Nord) qui lui fournissaient des informations contre rémunération. À en juger par les données fournies, il a pu obtenir un grand nombre d’informations sur le développement de l’infrastructure militaire de la RPDC et sur les contacts entre la Corée et la Chine dans les secteurs militaire et économique. Kim a recueilli des informations classifiées, notamment en photographiant les installations ferroviaires et en suivant le trafic ferroviaire sino-nord-coréen en termes de volume et de type. En 2010, Kim recueillait des informations sur la visite et l’itinéraire du dirigeant de la RPDC Kim Jong-il en Chine, qui passait par Dandong.

Il a aussi participé à la distribution de littérature anti-nord-coréenne, tant religieuse que laïque. Il est intéressant de constater qu’une grande partie des informations consistait en des bandes dessinées « insultant les principaux dirigeants de la RPDC », qui étaient soit produites par le service de renseignement sud-coréen par imprimerie, soit réalisées par lui personnellement sur un ordinateur.

D’autres aspects sont tout aussi curieux. Les documents de propagande contenaient à la fois des « confessions de transfuges » et des récits édifiants sur la manière dont une « résistance chrétienne » opérait en Corée du Nord, cela dans l’espoir qu’une telle résistance émerge effectivement. Par exemple, certains des tracts produits en République de Corée que les agents de Kim devaient distribuer paraissaient avoir été créés par la résistance locale.

Kim a souvent servi de guide aux membres de la presse ou aux organisations internationales qui s’occupaient des questions relatives aux droits de l’homme en RPDC. Car nombre de ces passionnés ou chercheurs tentent de recueillir des informations partout où c’est possible, en particulier dans les zones frontalières de la Chine. Cependant, au lieu de données objectives, Kim leur a fourni des données truquées en organisant des réunions avec ses agents.

Il est intéressant de remarquer que tout en accusant la Corée du Nord de produire de faux dollars, Kim Guk-gi faisait entrer en contrebande des devises étrangères en RPDC, ainsi que des billets nord-coréens de haute qualité et d’origine incertaine (très vraisemblablement des contrefaçons). Il concevait également de la fausse monnaie nord-coréenne de petite valeur, qu’il envoyait en RPDC par lots de 100 à 1 000 billets dans les bagages personnels de citoyens chinois. Cette démarche visait à la fois à rémunérer les informateurs et à déstabiliser l’économie. Rappelons ici que, selon certains rapports, les autorités de la RPDC ont même dû modifier la conception des billets de banque de grande valeur pour contrer les contrefaçons fabriquées à l’étranger.

Choe Chun-gil vivait également en Chine depuis 2003, a été recruté en 2011 et faisait des choses beaucoup plus intéressantes. Par exemple, avec l’aide de ses agents, il a pu obtenir des photographies des environs du site d’essai de Yongbyon, de même que des échantillons de sol contenant des éléments radioactifs. Ses hommes ont également photographié des installations militaires et acheté des uniformes et des cartes d’identité militaires d’officiers nord-coréens pour qu’ils puissent être utilisés par des saboteurs en cas d’invasion.

Il a également distribué de la pornographie et des films sud-coréens par l’intermédiaire de ressortissants chinois qui se rendaient régulièrement en RPDC dans un but de « subversion idéologique » et a recruté des citoyens de la RPDC et des Coréens de Chine pour les former dans le cadre de cours missionnaires clandestins afin qu’ils travaillent en RPDC.

L’auteur a trouvé des informations à ce sujet dans des sources chinoises et dans des conversations avec des témoins oculaires, et l’interrogation « martyrs ou espions », proposée dans le titre du texte, est donc purement rhétorique.

Category: Other Languages | Views: 116 | Added by: redstartvkp | Tags: Spy, Religion, South Korea, Korea, DPRK
Total comments: 0
avatar